« Il faut définir clairement les responsabilités. On ne peut pas rejeter la Françafrique tout en considérant qu’une entreprise comme Orange doit apprécier à la place des autorités l’importance d’une crise. Dans tous ces pays, les licences qui fixent les règles du jeu offrent la possibilité à l’État d’interrompre le service. En revanche il faut que le cadre légal soit respecté, ce qui était le cas au Cameroun et en RD Congo cette année. »

metlingBRUNO METTLING PDG d’Orange Middle-East and Africa